Richard III – Loyaulté me lie # 13

La Mélancolie de Richard (2/2)

Il y a une épine de rose qui pique le cœur de Richard III et le rend fou de colère. D’où vient cette épine ? A-t-elle une cause ou est-elle sans objet ? Est–elle engendrée par sa difformité ? Par la tristesse d’un être « dépourvu de la majesté de l’amour » ? Par sa conscience de la fuite inexorable du temps, lui qui ne cesse de demander l’heure ?
Pourrions-nous admettre que toute la puissance de manipulation de ses discours vient peut-être du fait qu’ils sont construits par des aveux ?
Sa mélancolie est-elle alimentée par l’inquiétude qu’il ressent de la situation et de l’état du trône d’Angleterre ?

« Le roi est malade, faible et mélancolique
Et ses médecins craignent pour sa vie.
Oh, voilà longtemps qu’il suit un régime fatal
Et qu’il a par trop consummé sa royale personne. »

Est-elle l’héritage d’une généalogie odieuse ?
« Oui, au besoin, viens-en même à effleurer ma personne :
Dis-leur que quand ma mère fut enceinte
De cet insatiable Edouard, le noble York
Mon noble père faisait la guerre en France
Et, par d’exacts calculs sur le temps écoulé,
Découvrit que l’enfant n’était pas de lui. »

De son instabilité constante et de son mépris amusé de lui-même ?
« Je vais faire l’achat d’un miroir
Et entretenir une ou deux vingtaines de tailleurs
Puisque me voici revenu en grâce avec moi-même
Je m’y maintiendrai à peu de frais. »

De sa certitude d’être maudit ?
« Alors que vos yeux soient les témoins de ce mal
Voyez comme je suis ensorcelé. Regardez, mon bras
Est flétri, tel un arbuste pourri.
Et c’est la femme d’Edouard, cette monstrueuse sorcière
Qui m’a ainsi marqué de sa sorcellerie. »

Du sentiment de déclin qui l’habite ?
« Je ne saurai dire : Le monde a si mal tourné
Que les roitelets viennent chasser là où les aigles n’osent percher
Depuis que le moindre pouilleux est fait gentilhomme
Beaucoup de gentilshommes sont devenus des pouilleux. »

De son impuissance à véritablement changer le cours du destin, car finalement il se vit toujours seul, abandonné et sans soutien ?
« Avoir Dieu, sa conscience et tous ces obstacles contre moi
N’avoir aucun ami à mes côtés pour soutenir ma cause
Hormis le diable et mes regards hypocrites »

Sans doute est-ce tout cela à la fois et plus encore, mais l’addition de toutes ces causes fait une somme dans le corps et le verbe de Richard qui soustrait la mélancolie stuporeuse au profit d’une mélancolie furieuse.
Chez Richard, la mélancolie ne se traduit pas par un état dépressif . C’est, au contraire, une jetée dans la mélée qui se moque de toute la morale du monde et porte le contrechamp de sa tritesse par des actes sanglants. C’est une mélancolie dont l’idéal est de jouer sa vie sur un coup de dé. Cette mélancolie offre à son discours clairvoyance, lucidité, cruauté de vérité. Car tout le paradoxe et l’ambiguité est de comprendre à quel moment il ment et à quel moment il dit la vérité. Peut-être, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, se ment-il à lui-même et dit-il la vérité aux autres ayant ainsi « l’air d’un saint quand il joue le plus au diable. » ?
Ses hallucinations, son aspiration à un destin plus grand que lui-même, sa complaisance à la douleur, la sienne comme celle des autres, sa bravade à affronter les forces de la nuit ; sa vie construite comme une vengeance qui cherche une délivrance dans le basculement constant de la mort transforment cet homme, d’une scène à l’autre, en un fauve qui combat un autre fauve, celui-là noir et invisible, et très vite nous comprenons que dans l’assaut final de cette méloncolie indomptable, il se fera piétiner.

Voilà que pour interpréter Richard III, Jean Lambert-wild décore sa loge de reproductions des peintures de Friederich, de Chassériau, de Fuseli, de Turner, qu’il martèle du pied et s’assouplit le poignet en grognant et en riant à la fois, qu’il danse comme un damné en rêvant de ne pas bouger un muscle, car la mélancolie de Richard, ce trouble des humeurs dont parlait Hippocrate, nécessitera une interprétaion où les capacités de ruptures seront poussées à leur maximum. Où à l’emballement d’une phrase devra répondre parfois l’essouflement d’un mot. Où les lèvres devront rire et les yeux s’effondrer.
Il faudra aussi traduire par le corps cette agitation et ce trouble que la bile noire habille en criminelle. Il faudra faire vivre ce mal boiteux qui désarticule son âme comme une lance tordue par la foudre.
Enfin, il faudra sentir comment cette mélancolie réveille d’autres mélancolies. Celle de Lady Anne, celle de la Reine Elisabeth , ou celle aussi d’un meurtrier qui l’acte sanglant accompli avoue :
« Oh, j’aimerais tant, comme Pilate, me laver les mains
De ce meurtre épouvantable »
De la qualité de ce dialogue dépendra la richesse du jeu entre Elodie Bordas et Jean Lambert-wild.

Richard III - Loyaulté me lie - Carnet de bord # 6

François Royet

Spectacle

Un clown, alité, face à son propre reflet, face à un double féminin qui se métamorphose, lui renvoyant l’image de...